Citation

''Lorsque celui qui chemine dans l'obscurité chante, il nie son anxiété, mais il n'en voit pas pour autant plus clair'' (Inhibition, symptôme et angoisse, S.Freud, 1926)


Un père et manque

Présente ou perdue, connue ou pas, la mère va de soi pour l'enfant. Le père, lui, n'a pas d'évidence, il est à découvrir, à conquérir. La notion de père est plus large que celle de géniteur, la figure paternelle est une place à donner ou à prendre. C'est dans le discours de la mère que l'enfant découvre son père, père réel, symbolique, imaginaire. La parole du père ou sa représentation fissure la relation symbiotique mère-enfant. Elle symbolise un au-delà de la mère, un a-venir qui éloigne du phantasme d'engloutissement en ouvrant le cocon maternel sur le monde extérieur.

Le père symbolique énonce l'interdit et représente la loi car il doit s'y soumettre comme les autres. Il inscrit l'enfant dans la lignée des pères par la transmission du nom et lui donne ainsi un ancrage dans l'histoire de l'humanité. Le recours à ce père symbolique dans le discours de la mère crée une triangulation structurante pour l'enfant. Il témoigne de la réalité d'une rencontre entre deux êtres sexués dont l'enfant est le fruit, inclus dans une filiation.

La présence du pèreou sa représentation, est nécessaire à la construction et à la maturation psycho-affective de l'enfant. L'évolution de la configuration familiale tend à valoriser la réussite individuelle et incite les femmes à assumer les rôles de mère et de père auprès des enfants en rendant la figure paternelle accessoire, mais ce sont ces deux figures, maternelle et paternelle, qui constituent l'autorité parentale. La figure maternelle enveloppe, console, nourrit le narcissisme primaire qui participe à la bonne estime de soi, la figure paternelle porte l'élan vers un idéal, des projets, la reconnaissance en tant qu'être sexué au sein d'une société, et garantit la sécurité de l'enfant en lui indiquant ses limites.

L'autorité parentale c'est la capacité de conserver le contact avec son enfant sans avoir recours à un intermédiaire, entretenir la relation parent-enfant, rester à l'écoute, expliquer les décisions, transmettre sa propre expérience et ses réactions au même âge. Bien souvent les parents ont à l'égard de leurs enfants des exigences dont eux-mêmes ont eu à souffrir enfant . Le développement de l'enfant s'inscrit dans une chaîne d'identifications, et l'équilibre psychique résulte d'un cheminement que chacun doit faire à la découverte de soi, en se confrontant à ses propres expériences de vie .

L'absence de fonction paternelle encourage une relation de dépendance affective de l'enfant à sa mère qui demeure alors, pour le garçon comme pour la fille, son premier et seul objet d'amour. Cette situation de dépendance affective est préjudiciable à l'enfant qui a également besoin d'un modèle lui apprenant l'autonomie, l'indépendance, la capacité d'être seul et de ne pas en souffrir. La carence de père (fonction paternelle absente, père indifférent ou nocif) peut entraîner un déséquilibre global chez l'enfant. Elle résonne comme un échec dans sa tentative de reconnaissance, le dévalorise à ses propres yeux et fragilise son sentiment d'être au monde. L'absence de re-pères se traduit soi par un repli sur soi, soit à l'opposé par une sociabilité de surface surtout marquée par une activité instable et désordonnée, témoins d'une grande anxiété due au sentiment d'insécurité.

La fonction symbolique de tiers séparateur dans la traversée de l’œdipe favorise l'identification au père du petit garçon dont l'inconscient intègrera l'interdit de l'inceste en orientant son choix d'objet d'amour vers un autre objet que sa mère, préparant ainsi les prochains enjeux de la maturité sexuelle. Chez la petite fille elle renforce son identification à la mère en la reconnaissant comme digne d'intérêt, porteuse de valeurs comme l'est sa mère aux yeux du père, détentrice des qualités féminines qui en font un être désirable, complet et non accablé d'un manque.

La présence du père, ou la référence au père, inscrit l'individu dans une famille, dans la société, lui donne une place signifiante. Le père est là avec la mère au départ de toute vie humaine, il remplit la fonction de passeur à travers le nom qu'il lègue à la reconnaissance de l'enfant. Si la femme devient mère par la chair, l'homme devient père par son nom, les mots de la mère et le lien qui l'unit à elle, qu'il soit le géniteur ou non. La loi du père éloigne l'enfant du chaos des émotions contradictoires d'une fusion à la mère, et inscrit l'individu comme sujet dans les limites du corps et du désir.

Chaque individu, quelque soit son sexe biologique, porte en lui des identifications féminines (la mère étant son premier modèle d'identification) et masculine, de ces deux aspects de sa personnalité dépend son équilibre psychique. Lorsque la figure symbolique paternelle fait défaut, l'enfant se construit à partir d'une figure déficiente, autour d'un manque à être. Il est amputé d'une part de lui-même et peut réagir en rejetant cette identification féminine déficiente. Ce déséquilibre rend les repères flous, l'identité vacillante. L'enfant peut en porter inconsciemment une culpabilité qui aliène sa relation au monde de façon douloureuse. L'absence d'attachement à une figure paternelle le prive d'un point de repère émotionnel et d'une capacité d'adaptation à l'autre qui ne mette pas en péril son autonomie et son indépendance.

C'est parfois par son propre comportement que le père s'exclut lui-même de sa fonction paternelle. Père hors la loi ou père banni, effacé, écrasé par le poids de la figure symbolique qui lui échoit, lui-même égaré par le manque de repères. Quel que soit le comportement du père réel, l'enfant introjectant le meilleur de ses parents se réfère à son père imaginaire et cette image ne doit pas être détruite car elle assure le socle de ses futures identifications.


Psychanalyste didacticienne - Psychothérapeute d'orientation analytique - Sexothérapeute analytique - Certifiée par la Fédération Freudienne De Psychanalyse - Formatrice à l'Institut Freudien du Périgord à Bergerac - Auditeur libre à l'ACF Dordogne - Auditeur libre au CIEN.