Citation

''Lorsque celui qui chemine dans l'obscurité chante, il nie son anxiété, mais il n'en voit pas pour autant plus clair'' (Inhibition, symptôme et angoisse, S.Freud, 1926)


Selfie, affirmation de soi ou miroir aux alouettes

Sur les parois des cavernes, la toile du peintre, la photographie, les murs de la ville, l'écran de cinéma, les réseaux sociaux, l'être humain selfie. Finalement si le support est nouveau, le fait n'est pas récent, l'humain s'exhibe, se regarde, se mire et s'observe, exhibitionniste et voyeur à la fois pour répondre à l'énigme que lui pose sa propre identité. L'imaginaire au service du fantasme le tient opportunément à l'écart du réel.

A bien réfléchir une image construite le selfie est un auto-portait par lequel la maîtrise du regard de l'autre sur soi devient possible. Par la mise en scènes de personnages fantasmés il dépose un voile sur celui dont on ne peut et ne veut rien savoir. Dans un monde de l'avoir au meilleur prix et moindre effort, il donne à voir un désir d'être dans l'éphémère jouissance de l'instant, la satisfaction d'une illusion. Et Ça passe.

Du "Je pense donc je suis" de Descartes au "quelque chose pense en Moi" de Nietzsche nous en sommes au "Je selfie, donc je suis", mais à la question de savoir ce que cela dit de la vie de l'être, Freud répond "le Moi n'est pas maître dans sa propre maison".

Paradoxalement alors qu'il affiche l'ambition de se construire tout seul l'individu cherche éperdument dans le regard de l'autre une confirmation, une reconnaissance, une ad-miration y compris s'il le faut dans la désapprobation.

L'Inconscient ramène invariablement l'être humain à cette seule vérité qu'on ne se construit qu'en relation à un autre humain, du passé et du présent, alors que notre culture contemporaine nous exhorte à l'individualisme, à l'auto-suffisance, voire à l'auto-engendrement, parce que nous le valons bien. L'être est un mouvement entre soi et l'autre, toujours en devenir.

Le selfie témoigne d'un exhibitionnisme faussement triomphant pourvoyeur d'une réassurance narcissique d'un Moi doutant de sa propre consistance, blessé par les failles de multiples identifications distordues, par le flou des héritages ou de la filiation, angoissé par sa peur de la castration symbolique.

Il n'est pas indifférent que l'adolescence soit le terrain d'éclosion de la frénésie du selfie. Ni enfant ni adulte, les métamorphoses du corps, l'exigence des pulsions, le changement qui se lit dans le regard des autres sur un soi inconnu provoquent un mal-être. Derrière le selfie la question demeure, qui suis-je?

Jetés sur la toile les selfies sont des petits miroirs brillants destinés à capter les regards, des leurres capables d'attirer l'attention des autres, peut-être leur envie à défaut d'en recueillir des marques d'amour. Comme le miroir aux alouettes des chasseurs c'est un piège aux mille reflets, mais à celui-ci le chasseur lui-même court le risque de se faire prendre.

Le recours excessif au selfie comme tentative irrépressible d'obtenir des apports narcissiques du monde extérieur exacerbe le risque de dépression si ceux-ci viennent à manquer. Le monde alors se vide en emportant avec lui la part du Moi, parfois la plus grande, qui y a été projetée. L'individu se trouve en danger de tomber dans l'état dépressif d'un nourrisson en carence de soins, ce qui est le prototype des dépressions ultérieures de l'adulte.  

Cette perte de valeur intérieure et extérieure réactive les angoisses primitives d'anéantissement, le sentiment d'avoir perdu toute attache, une dépréciation de soi identique à celle dont souffrent les malades mélancoliques.

Narcisse le regard absorbé par sa propre image sans vie s'est perdu, à trop chercher sa raison d'être dans les regards portés sur son image truquée, l'accro du selfie risque d'en perdre de vue sa propre vie.



Psychanalyste didacticienne - Psychothérapeute d'orientation analytique - Sexothérapeute analytique - Certifiée par la Fédération Freudienne De Psychanalyse - Formatrice à l'Institut Freudien du Périgord à Bergerac - Auditeur libre à l'ACF Dordogne - Auditeur libre au CIEN.